Impression 3D VS Usinage

Fabrication additive VS Fabrication soustractive

Lorsque je parle de l’impression 3D, il y a une remarque qui revient très souvent : une pièce imprimée en plastique est plus fragile qu’une pièce usinée en métal…

En effet, c’est vrai ! 🙂

Toutefois, il ne faut pas faire l’erreur de comparer deux choses incomparables. Car chaque technologie a des avantages et des inconvénients. Aussi, c’est l’usage et le cycle de vie de la pièce qui va déterminer si elle sera usinée, imprimée ou parfois les deux.

Voici quelques exemples d’applications où l’impression 3D est bien plus adaptée que l’usinage classique :

Pour la création de pièces esthétiques avec des formes complexes ou organiques (coques, boitiers, carters, objets de décoration…).

Pour des pièces très légères avec une structure interne creuse ou alvéolaire (particulièrement utiles pour des engins volants ou flottants).

Pour des pièces qui comportent des formes imbriquées, des zones évidées ou des arrêtes internes.

Pour créer des pièces souples, composées de matériaux différents, ou en plusieurs couleurs.

Pour réaliser des systèmes composés de plusieurs pièces mobiles indémontables en une seule opération comme par exemple une chaîne.

Pour économiser des matériaux : en impression additive, à quelques exceptions près, on utilise seulement la matière nécessaire à la fabrication. Il n’y a pas de copeaux, pas de déchet.

Pour la réalisation de prototypes en mode « agile » où rapidement on peut tester une pièce, la modifier et l’imprimer à nouveau. Le tout, à l’aide d’une machine peu encombrante posée sur le bureau.